Les Havres Gris

espace de discussion et d'échange sur la spiritualité, littérature et culture associées
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Eloïse, perdue dans un grand monde tragique

Aller en bas 
AuteurMessage
pelote

avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 02/10/2007
Age : 37
Localisation : caen

MessageSujet: Eloïse, perdue dans un grand monde tragique   Mar 2 Oct - 17:16

Voilà un passage difficile pour moi : la présentation.

D'habitude je me cache derrière l'humour pour ne pas parler de moi-même, ou plutôt histoire de dédramatiser ma situation. Donc, cette fois je vais tâcher d'être sincère avec vous.

Mon voyage vers la spiritualité est on ne peu plus perturbé en vérité. Toute petite, mon maître à penser était Peter Pan. Pour moi, être un enfant était ce qu'il y avait de meilleur au monde : on est curieux de tout, on s'étonne d'un rien et surtout on croit au pouvoir de l'imagination. J'étais à cette époque persuadée que si je croyais sincérement à quelque chose, alors cette chose devenait réelle et qu'il existait un Pays Imaginaire où toutes les créations de l'imagination vivaient en parfaite harmonie. Bref, l'enfance était un petit cocon doux et rassurant où l'harmonie et la paix de l'esprit étaient possibles.
Et puis est arrivé le dur passage de l'adolescence. Bien que j'ai du mal à m'en souvenir, je ne voulais pas aller au collège... suivant ma logique première, je ne voulais pas grandir... Mais il a bien fallu que je m'y fasse. Je passerais sur cette période difficile où j'ai fais la triste découverte de l'hypocrisie, de la méchanceté gratuite et où la pensée collective semblait être : si c'est différent il faut taper dessus.
Niveau spirituel, tout est tombé par terre : l'imagination ne me sauverait pas et aucune fée ne m'emmenerai au pays imaginaire pour me sortir de tout ça. Bref, je m'apercevais de l'absurdité du monde qui m'entourais. un monde où la réflexion et le respect de soi et des autres étaient considérés comme une perte de temps voire de l'idiotie.

Enfin l'âge adulte est arrivé et toute l'angoisse de devoir l'assumer me tomba dessus. Je ne savais absolument pas où était ma place et je suis aller vers le théâtre parce que seuls les textes dramatiques (entendez par là théâtraux) prenaient pour moi l'apparence d'un phare de la raison au milieu d'un monde absurde. Inutile donc de vous dire que ce sont les auteurs de l'absurde comme Ionesco ou Beckett que j'apprécie le plus. Seulement, la plupart de mes professeurs passaient de l'absurde au snobisme et, après être passée pour l'intello chiante, je devenais l'imbécile inculte...
Mais je ne m'épencherais pas pendant des heures et pour conclure mon histoire je dirais simplement qu'une année après mon entrée en fac j'ai rencontré des personnes qui m'ont montré que je n'étais ni bizarre, ni stupide et qu'elles m'ont énormément apporté. Seulement, je ne sais toujours pas où j'en suis.

Pour me définir simplement, je dirais que je suis trop sensible. Je réagis avec excés aux émotions des autres et même à l'environnement qui m'entoure. Je cherche désespérement à trouver une place sans pour autant renier ce que je suis et la dure corélation des deux me met souvent en opposition avec moi-même. Bref, ma recherche dans le domaine spirituel se tourne vers un fort besoin de sérénité en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Eloïse, perdue dans un grand monde tragique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seconde lumière dans le grand tas d'Hercule
» caricature obscène de Plantu sur le Pape dans "le MONDE"
» Je suis perdue avec ce qu'il m'arrive......
» Légende du Grand Canyon : la cité troglodyte perdue
» Entrer dans "le monde" du travail...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Havres Gris :: bienvenue :: présentation-
Sauter vers: